06/07/2006

France-Portugal 1-0 ONT EST EN FINAL !!

Lilian Thuram aime les demi-finales de Coupe du monde. S'il n'a pas réussi un doublé comme face à la Croatie en 1998, le défenseur a livré une partie dantesque mercredi face au Portugal. Il a été décisif, tout comme Zidane, auteur du penalty victorieux, même s'il a moins flambé que face au Brésil.

BARTHEZ: A la 77e minute, sa grosse faute de main sur le coup franc de Cristiano Ronaldo aurait pu coûter très, très cher. Heureusement pour lui et pour les Français, Figo n'en profita pas. A cette (notable) exception, le portier marseillais s'est montré impeccable. Sollicité d'entrée par une frappe de Deco, il n'est pas sorti de son match, rassurant sa défense notamment dans le jeu aérien.

SAGNOL: Il n'avait pas une tâche facile sur sa pelouse fétiche de l'Allianz Arena. Pendant 65 minutes, il s'est d'abord coltiné Cristiano Ronaldo, sur lequel il n'est jamais simple de défendre. Mais le Munichois n'a rien laissé passer au controversé dribbleur portugais. A part une mauvaise relance sur Maniche, qui a amené l'unique occasion de Pauleta (53e), il a connu très peu de déchets. Aussi efficace dans la dernière demi-heure face à Simao.

THURAM: Décidément, c'est l'homme des demi-finales de Coupe du monde... Huit ans après son doublé face à la Croatie, Lilian Thuram a encore été l'homme du match contre le Portugal, dans un registre différent, plus habituel pour lui. Titanesque contre le Brésil, il a cette fois été géant, tout simplement. Dès la première minute, son ouverture de 50m pour Malouda a donné le ton. Défensivement, le Turinois a donné un récital, gagnant tous ses duels. Un vrai patron.

GALLAS: Rarement pris à défaut face à un Pauleta transparent. Solide, le défenseur de Chelsea reste dans la lignée de ses belles performances dans les matches à élimination directe. Toujours bien placé, impeccable dans le jeu aérien, il s'est permis le luxe de ne commettre aucune faute de la soirée. Gallas n'a cependant pas le choix: le polyvalent défenseur doit se mettre au diapason aux côtés d'un Thuram phénoménal.

ABIDAL: Le latéral est un peu passé à côté de son match. Il a raté deux jaillissements devant Figo qui auraient pu coûter cher, ainsi que plusieurs contrôles, faute de concentration. À son crédit, l'ancien Lillois n'a pas hésité à venir apporter le surnombre en prenant son couloir. Ses montées ne se sont cependant jamais avérées assez tranchantes.

MAKELELE: Certainement son plus mauvais match depuis la fin du premier tour. L'ex-Nantais n'a pas eu l'énorme volume de jeu qu'on lui connait habituellement, et a souffert face à la triplette portugaise du milieu de terrain. Il a en effet eu la lourde tâche de jouer dans la zone de Deco, l'un des meilleurs milieux de ce Mondial. Le Blues n'est parvenu à ne récupérer qu'un seul ballon. Et en a perdu dix.

VIEIRA: Moins en vue que lors de ses trois dernières sorties, le vice-capitaine des Bleus a tout de même joué une quarantaine de ballons. Il n'en a perdu que deux. Parfois en difficulté face à Maniche, qui a pu inquiéter Barthez, le Turinois a réussi deux interceptions importantes dans l'axe, notamment devant Cristiano Ronaldo. Il a aussi gagné presque tous ses duels. C'est déjà pas mal...

RIBERY: Il a définitivement trouvé sa place dans cette équipe. Disponible, il a tenté de provoquer, sans beaucoup de réussite, surtout en première période. Mais le Marseillais affiche une abnégation de tous les instants. Même s'il n'effectue pas toujours le bon choix, comme sur ce contre où il aurait pu servir Henry plutôt que de solliciter Zidane, on le sent décomplexé. Pour preuve, sa très belle frappe repoussée par Ricardo en début de seconde période. Remplacé par Govou (73e), qui s'est attaché à défendre.

MALOUDA: Comme son compère du flanc gauche Eric Abidal, le Lyonnais ne se trouvait pas dans un grand soir. Après s'être procuré la première occasion du match dès la première minute, il n'a pas semblé en mesure de prendre l'ascendant sur son vis-à-vis. Il sauve sa soirée en étant à l'origine de l'action qui amène le pénalty. Pourtant très athlétique, Malouda semble physiquement peiner de plus en plus dans ce Mondial, à l'inverse de ses coéquipiers. Dommage. A cédé sa place à Wiltord (70e).

ZIDANE: Après le chef d'oeuvre de Francfort, Zizou est redescendu d'un cran. Peu importe. L'histoire retiendra qu'il a inscrit le but ayant propulsé les Bleus vers leur deuxième finale planétaire. Un penalty plein de sang-froid, frappé presque sans élan. Pour le reste, avec une liberté de mouvement limitée par rapport au match face au Brésil, il a moins pesé sur les débats. Mais Zidane joue toujours aussi juste. Surtout, il ne perd quasiment pas un ballon. Il quittera donc la scène sur une finale de Coupe du monde. Une sortie de rêve pour un joueur du même ordre...

HENRY: Encore une fois, il a beaucoup couru dans le vide. Encore une fois, il a manqué de soutien direct. Mais encore une fois, il s'est battu avec beaucoup d'abnégation. Avec un minimum de ballons, le Gunner a trouvé le moyen d'être dangereux presque systématiquement et même décisif en provoquant le penalty face à Ricardo Carvalho. Tout prêt de doubler la mise sur une action individuelle de grande classe à la reprise. Un match difficile à jouer pour lui, mais un comportement exemplaire. Remplacé par Louis Saha (85e), qui a écopé d'un carton jaune qui le privera de la finale.

source: http://msn.eurosport.fr/football/coupedumonde/2006/sport_...

Commentaires

il y aver po penaltie setait les portugais ki devait gagner il aver mieux jouer ke les fransais

Écrit par : inconnue pour le portugal | 15/07/2006

Les commentaires sont fermés.