26/04/2006

Easyhare V610

 
Avant-première
 

Posé sur une table, au loin, c'est à peine si le V610 de Kodak attire l'œil. Sa ressemblance avec le V570 ne l'aide pas à se faire remarquer. Il serait même facile de les confondre. Ils arborent la même robe noire légèrement satinée et le clapet cache, chez l'un comme chez l'autre, un double objectif. Le géant américain de la photographie ne serait-il pas en train de décliner son concept d'objectif grand angle combiné à un zoom classique ? Il n'en est rien. Un examen plus approfondi révèle les différences.

 

Extérieurement, l'Easyhare V610 se montre plus grand que le V570, affichant des dimensions de 111x53x23 mm, contre 101x49,8x2,4 mm. Il abrite un double système de zoom périscopique interne baptisé Kodak Retina. Ce qui fait du V610 le premier appareil compact numérique présentant un coefficient de zoom 10x. Son fonctionnement impressionne. L'appareil balaye l'ensemble de la plage focale sans changer de volume : il reste toujours aussi compact. Cette dernière équivaut à un 38-380 mm qui se répartit sur les deux objectifs. Le premier (celui du bas) couvre la zone allant du 38 au 114 mm, le deuxième (celui du haut) celle allant du 130 au 380 mm. La discontinuité entre le 114 et le 130 mm est compensée électroniquement. Mais pour cela il faut activer le zoom numérique. Contrairement au V570, le V610 ne propose pas de grand angle et se contente d'un 38 mm (23 mm pour le V570). L'ajout d'une telle fonction aurait considérablement augmenté les dimensions de l'appareil. Dommage ! À nos yeux, un grand angle est beaucoup plus utile qu'un zoom démesuré. Signalons la présence d'un système de stabilisation logiciel. Malheureusement, il est loin d'atteindre l'efficacité d'un stabilisateur optique. Réussir une photo en position de téléobjectif à main levée, sans pied ou sans appui, relève quasiment de la mission impossible. Le double système de zoom impose quelques spécificités comme la présence de deux capteurs CCD de six mégapixels, un pour chaque objectif. Parallèlement, un seul processeur se charge du traitement de l'ensemble des images réalisées.

 

 

 

L'écran LCD constitue l'autre signe extérieur distinctif. Alors que les écrans de deux pouces (5,08 cm) sont maintenant la norme, que les 2,5 pouces (6,35 cm) s'imposent, le V610 bénéficie d'un affichage de 2,8 pouces (7,1 cm) avec une résolution de 230000 pixels. Lors de notre première prise en main de l'appareil, aucun défaut majeur n'est apparu. Il se révèlent très agréable à l'utilisation : net, lumineux, contrasté… Mais comparé à celui du V570, qui affiche la même résolution pour seulement 2,5 pouces, la précision est légèrement moins bonne. Les pixels se distinguent un peu plus.

 

La grande surprise du V610 réside dans la présence de la connectivité Bluetooth. Kodak avait déjà innové en 2005, en étant avec Nikon le premier constructeur intégrant du Wi-Fi dans un appareil photo compact, avec l'EasyShare One. Le constructeur récidive en intégrant cette connectique sans fil à un appareil photo. C'est la norme 2.0 qui équipe le V610. Cette révision propose théoriquement des vitesses de transfert de trois à dix fois plus élevées et une consommation électrique réduite de moitié. Le partage et l'envoi de photos vers tout type d'appareil disposant lui-même de Bluetooth (ordinateur, téléphone mobile, assistant personnel, imprimanet ou un autre V610) s'en trouvent facilités. Le principal bénéfice est d'affranchir l'utilisateur de l'utilisation d'un câble. L'inconvénient réside dans la probable diminution drastique de l'autonomie. Même réduite de moitié, la consommation du Bluetooth V2.0 risque de ne pas être négligeable.

 

L'affichage d'une image haute résolution sur un écran de téléphone ou d'assistant personnel ne rimant à rien, deux autres qualités sont proposées pour le transfert des images : le QVGA (320 x 240 pixels) et le XVGA (1024 x 768 pixels). Si l'envoi de photo du V610 vers d'autres appareils ne pose pas de problème, il est impossible d'effectuer l'opération inverse. Le modèle que nous avons brièvement manipulé rejetait catégoriquement les images issues d'un téléphone.

17:04 Publié dans .:Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : PSP and car

Les commentaires sont fermés.